samedi 8 novembre 2014

Alien Isolation (test)



L’alien reprend du service avec ce nouveau jeu digne de la saga cinématographique. La rédac’ a testé Alien Isolation et te livre son verdict…


C’est un très bel hommage que rend Alien Isolation à la quadrilogie Alien. Le jeu ne se contente pas de reprendre les éléments qui ont fait le succès de la saga pour nous livrer un simple jeu estampillé « Alien ». Non, ici, on a affaire à un véritable opus qui s’inscrit dans la lignée de l’histoire, et plus particulièrement du film de Ridley Scott sorti en 1979.

Alien Isolation débute 15 ans après la disparition du Nostromo, Amanda Ripley cherche à comprendre ce qui est arrivé au vaisseau de la Weyland-Yutani... et à sa mère. Elle travaille elle-même aujourd'hui pour la Weyland-Yutani, et c'est ainsi qu'elle a découvert que l'enregistreur de vol du vaisseau a été retrouvé et se trouverait à Sevastopol, une station commerciale abandonnée aux confins de l'espace. Tombant en ruines et tout juste opérationnelle, la station abrite une population déclinante qui tente de survivre en récupérant ce qu'elle peut, alors que plane toujours la terrible menace des Aliens.

C’est là que l’aventure Alien Isolation débute dans une atmosphère aussi oppressante que terrifiante.
Normal, ce survival-horror est en vue subjective ce qui nous transporte instantanément au cœur de l’histoire et donne des sueurs froides, sans parler de l’adrénaline qui est à son maximum. Si, à l’époque, l’accroche du film était « dans l’espace personne nous vous entra crier » on pourrait facilement l’adapter à la sauce 2014. Avec Alien Isolation, dans ton salon personne ne t’entendra crier ! 

On progresse donc dans un univers qui a été méticuleusement recréé avec un look vintage des plus réussis. Les objets, les tenues et autres éléments du décor font penser au premier film et servent à créer une atmosphère oppressante dans laquelle on plonge avec plaisir, et une petite boule au ventre. C’est un pari réussi. À mesure que l’on avance dans les coursives de la station, on prend conscience que la menace est là. Une menace qui ne vient pas seulement de l’alien qui rôde, mais aussi du peu de survivants qui sont prêts à tout pour sauver leur peau, même tuer leurs prochains.

Donc, il va falloir se montrer discret ou rapide, suivant la situation, récolter tout ce qui nous tombe sous la main pour se forger un arsenal qui permettra d’improviser des solutions le moment venu. C’est la seule méthode à suivre si l’on veut réussir sa mission et rester en vie. Les plus téméraires et les plus courageux tenteront de (sur)vivre, du point de départ à l’arrivée sans mourir une seule fois.

À la rédac’, on a été surpris par la qualité du jeu sur le plan graphique et le gameplay, bien qu’il ne renouvelle pas le genre et doit composer avec une IA qui peut se montrer capricieuse, qui est efficace et parfaitement adapté pour un jeu de ce genre. Alien Isolation a légitimement sa place sur notre liste au Père Noël. Les yeux fermés, c’est le jeu à s’offrir ou à offrir pour combler les gamers qui se respectent.


> Alien : Isolation, un jeu Koch Media sur PS4, PS3, Xbox, Xone et PC, le 7 octobre.




Graphisme : 18/20
Jouabilité : 17/20
Durée de vie : 17/20
Bande son : 18/20
Note générale : 17,5/20


Aucun commentaire:

Publier un commentaire