samedi 30 novembre 2019

Pokémon Épée et Pokémon Bouclier (test)


Nouvelle région, nouveaux Pokémon, nouvelles fonctionnalités, nouveaux Légendaires, etc. Ces nouveaux opus Pokémon réservent bien des surprises. On a testé Pokémon Épée et Pokémon Bouclier, voici le verdict...


L’HISTOIRE
Prépare ton Pokédex, ton sac à dos, ta plus belle casquette, ta meilleure paire de baskets et ton Bracelet Dynamax pour explorer une nouvelle région dans l’univers Pokémon. Bienvenue dans la région de Galar, inspirée de l’Angleterre où se côtoient ville industrielle et paysages sauvages. On part à l’aventure avec la ferme intention de capturer le plus possible de Pokémon et de faire des étincelles dans les différentes arènes de la région, et ça tombe bien, les nombreuses nouveautés du jeu vont nous permettre de devenir un dresseur chevronné.
Note 5/5

L’IMAGE ET LE SON
On l’avait noté avec Let’s GO Pikachu et Evoli, l’arrivée de Pokémon sur Switch a forcément fait du bien aux graphismes du jeu et permis aux Pokémon d’apparaître sous leur meilleur jour. C’est encore plus vrai cette année avec Bouclier et Epée, la région de Galar offre des paysages différents que l’on se plait à visiter, on a l’impression de plus d’espace. Les Terres Sauvages sont une bonne trouvaille, on se balade à la recherche des différents Pokémon à capturer. Ce petit havre de paix est le lieu idéal où l’on peut prendre de l’expérience et se forger une Team solide sans forcément progresser dans l’histoire et, quand on tombe sur plus fort que soi, on prend ses jambes à son cou. Graphiquement, Pokémon Épée et Pokémon Bouclier n’exploitent totalement les capacités de la Switch, les jeux pourraient largement plus beaux, mais après avoir passé des années à jouer sur console portable, on se satisfait de ce que l’on nous propose. Il est certain que pour les prochains opus, les développeurs vont devoir faire des efforts de ce côté, car l’on deviendra vite exigeant. En attendant, on se laisse séduire par cette nouvelle aventure et l’on part explorer cette région le sourire aux lèvres.
Note 5/5

LE GAMEPLAY
Que nous réservent ces deux nouveaux titres ? Quand vient le moment de capturer son premier Pokémon, on a la bonne surprise de retrouver la bonne vieille technique qui consiste à affaiblir sa cible avant de la mettre en ball. Une technique qui avait été abandonnée dans les deux jeu « Let’s GO », ce que l’on avait regretté car cela représentait moins de challenge.
Si l’ensemble du jeu reprend les bases de la saga, on s’intéresse aux nouveautés proposées, comme les formes régionales qui permettent de découvrir certains de nos Pokémon préférés sous un jour différent.
Les Terres Sauvages sont de vastes étendues que l’on trouve à l’orée des villes et villages de la région de Galar. C’est ici, que l’on peut se consacrer à notre activité préférée à savoir la capture de Pokémon. C’est l’endroit parfait pour affuter ses stratégies, pour affiner son équipe et compléter son Pokédex, car la diversité de la Faune dépend de la météo, ce qui multiplie les chances de tous les attraper. On comprend vite que c’est un endroit stratégique qu’il faut prendre le temps d’explorer surtout que c’est ici que se situe les Raids Dynamax qui vont nous permettre d’attraper des Pokémon plus puissants, voir rares.
Mais au fait, c’est quoi le phénomène Dynamax ? C’est lorsque ton Pokémon prend une taille gigantesque lors des combats et qu’il devient super fort. Il arrive même qu’à certain moment le Pokémon se Gigamaxe et change d’apparence.
Pour ceux qui aiment prendre leur temps et qui aiment faire des pauses dans l’aventure, ils vont apprécier le Poké Camping et la possibilité de planter sa tente et jouer avec ses Pokémon. Il y a aussi la possibilité de visiter le campement d’autres joueurs, c’est cool pour la sociabilisation. Mais ce n’est pas tout, on peut aussi s’amuser à jouer les cuisiniers en herbe et tester des recettes que l’on donne à ses Pokémons pour leurs apporter des effets, gagner de l’expérience ou les soigner. On se croirait dans Final Fantasy XV quand Noctis et toute la bande plantent leur tente et dégustent les bons petits plats d’Ignis.
Note 4/5

L’AVIS GÉNÉRAL
Il y a comme quelque chose de rassurant à jouer à de nouveaux jeux Pokémon. Oui la recette est éprouvée, on commence dans notre petit village, on dit aurevoir à maman, on foule pour la première fois la Route 1, on fait son premier combat, on capture son premier Pokémon et très vite on gagne sa première Arène, on met une raclée à la Team de méchants (ici la Team Yell) et on finit par rencontrer le Pokémon légendaire. Tout est bien rodé, si bien que l’on peut avancer les yeux fermés. Pourtant, à chaque fois, on prend autant de plaisir à attraper les nouveaux Pokémon, à les faire évoluer, à faire des œufs et les faire éclore, à composer sa Team de rêve pour devenir de plus en plus fort. On s’amuse aussi à découvrir cette nouvelle région et ce qu’elle apporte de nouveaux (Les phénomènes Gigamax, le camping, les Terres sauvages). Ce sont autant de nouveautés qui apportent de la fraicheur et de l’intérêt à la saga. Ces deux nouveaux opus sont à la hauteur de nos attentes surtout que l’on revient aux basiques quand il s’agît d’attraper les Pokémon sauvages.
Note 4/5


Pourquoi on aime le jeu : Pour les nouveautés que la région de Galar nous apporte et les quelques 90 nouveaux Pokémon de la huitième génération, mais surtout pour les raids Dynamax, accessibles dans les Terres Sauvages et repérable à leur laser rouge. On peut tenter de capturer un Pokémon Dynamax seul, mais tout l’intérêt est de le faire en multi, jusqu’à 4 joueurs. C’est parfait pour s’entrainer au combat avec le soutien de ses potes. On aime également le fait que l’on ne sait pas sur qui on va tomber : Les raids Dynamax sont un petit boost d’adrénaline assuré qui peuvent très vite virer au challenge, mais qui permet de mettre en Pokéball des spécimens forts et rares : alors pourquoi s’en priver !

> Pokémon Épée et Pokémon Bouclier, un jeu Nintendo sur Switch, le 15 novembre.
[Note de la rédac’ : 18/20]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire