vendredi 29 novembre 2019

Need for Speed Heat (test)


Welcome to Palm City le nouvel Eldorado des pilotes en herbe qui veulent se forger une légende dans le monde des courses. On a testé NFS Heat, voici le verdict...

L’HISTOIRE
Tes jours seront-ils plus beaux que tes nuits ? Certainement pas dans NFS Heat puisque le jeu s’articule autour de cet axe. Quand le soleil tape, tu n’as pas d’autres activités que de te confronter à la crème des conducteurs lors de Speedhunters Showdown. En cumulant les victoires, tu gagnes de l’argent pour monter en gamme, pour mettre la main sur le véhicule de tes rêves que tu peux personnaliser selon tes goûts les plus fous. La nuit, c’est une autre histoire et une autre compétition qui t’attendent. Il faut tenir la corde pour asseoir ta réputation et celle de ton crew lors de courses clandestines. Il faut la jouer fine, car les forces de l’ordre sont sur le qui-vive, la police t’attend au tournant et les pires ne sont pas forcément ceux que l’on croit : Plus que jamais, on se croit dans un Fast & Furious.
Note 4/5

L’IMAGE ET LE SON
On débarque donc à Palm City, la ville jumelle de Miami et à l’écran ça brille dans tous les sens. Même si ce n’est pas clairement dit, les différents paysages que l’on parcourt tout au long du jeu font clairement penser à la Floride et c’est tant mieux, car le cadre est plutôt agréable et bien restitué. De jour, comme de nuit, on en prend plein les mirettes sous le soleil ou les néons, les effets de lumière sont très réussis et contribuent à rendre le jeu beau. Les bolides ne sont pas en reste, la customisation a été soignée pour que l’on puisse se créer le véhicule de ses rêves pour, ensuite, frimer sur l’asphalte. Il n’y a que dans NFS que l’on peut se payer des bolides de luxe comme cela. Quand on aime, on ne compte pas et ton garage va très vite se remplir, il faut dire que l’on a le choix, NFS Heat propose 130 voitures que l’on peut personnaliser à volonté… mais vraiment !
Note 5/5

LE GAMEPLAY
Need For Speed Heat est un jeu de course arcade dans lequel tu vas devoir faire tes preuves sur l’asphalte de Palm City de jour comme de nuit. Les enjeux ne seront pas les mêmes suivant le moment de la journée. Le jour, tu participes à des courses et suivant ton classement tu remportes de l’argent qui te sera utile pour améliorer ta voiture. Mais pour pouvoir accéder à de meilleures améliorations (pièces détachées, stickers…) qui te font monter en gamme et progresser dans l’histoire, il faut que ta réputation soit à la hauteur et là, les courses clandestines de nuit sont incontournables. L’un ne va pas sans l’autre et la course à la customisation parfaite semble sans fin, une aubaine pour les amateurs du genre. Mais cette quête peut être freinée car, dans l’ombre des ruelles de Palm City, la police ne te laissera pas faire et te collera comme un chewing-gum colle aux baskets. Comme si cela ne suffisait pas, cette police est corrompue donc prépare-toi à la voir surgir dans tes rétros même de jour, ça met du piquant dans l’aventure, comme au bon vieux temps. Tu pensais pouvoir conduire pépère pour apprécier le paysage urbain de la ville, écrase la pédale d’accélérateur et prépare-toi à drifter, c’est le seul moyen de leur échapper, c’est d’ailleurs la fonctionnalité principale qui te fera progresser dans le jeu. La dualité jour/nuit est la bonne idée de NFS Heat, c’est un peu comme si on avait deux jeux en un : différents, mais complémentaires !
Note 3/5

L’AVIS GÉNÉRAL
Quand on a connu l’heure de gloire de la franchise, la sortie d’un nouvel opus est toujours attendue, comme elle est redoutée. Attendue, car on se remémore les moments d’adrénaline que l’on a connus et l’on attend de s’immerger dans le nouvel univers proposé. Redoutée, car on a toujours peur de ne pas retrouver ses marques, on a toujours peur que le jeu ne soit pas à la hauteur, que les développeurs soient restés frileux et proposent qu’une simple copie ou, au contraire, qu’ils aient fait preuve de trop d’originalité au point de se fourvoyer. Bref, on est exigeant et l’on peut comprendre que certains trouvent NFS Heat pas à la hauteur de sa réputation. Mais quand on n’est pas un as de la conduite en jeu vidéo et que les grandes références du genre sont trop difficiles à prendre en main, on est bien content de trouver un jeu de la trempe de Heat, un jeu qui fait le job et qui nous permet de s’éclater au volant de super bolides : on en demande pas moins !
Note 4/5


Pourquoi on aime le jeu : Pour la vitesse dans les courses et l’incroyable sentiment que nous procure de conduire dans les rues de Palm City, une ville franchement bien construite et visuellement très belle. On aime aussi la customisation des bolides qui est poussée au maximum. Les amateurs de belles carrosseries apprécieront.

> Un jeu Electronic Arts sur PS4, XOne et PC, le 8 novembre.
[Note de la rédac’ : 16/20]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire