mercredi 18 juillet 2018

Lego Les Indestructibles (test)


Pour accompagner la sortie au cinéma du nouveau Disney Pixar, Lego sort un jeu inspiré des deux films de la franchise Les Indestructibles. On a testé Lego Les Indestructibles, voici le verdict...

L’HISTOIRE
Pas facile d’être une famille ordinaire quand on est super héros. C’est exactement le dilemme que doit affronter la famille Parr qui, quatorze ans après la sortie du premier film, a de nouveaux problèmes quand Madame est appelée à marcher sur les plates-bandes de Monsieur et, comme si cela ne suffisait pas, le petit dernier n’en fait qu’à sa tête avec ses nombreux supers pouvoirs. Lego Les Indestructibles, reprend donc la trame du second opus des aventures cinématographiques des Indestructibles pour nous livrer une nouvelle expérience vidéoludique délirante. En bonus, le premier film est également au programme afin de faire durer le plaisir.
Note 4/5

L’IMAGE ET LE SON
Habitué depuis de nombreuses années à plonger dans les jeux Lego, on est en terrain conquis tant la recette a été réutilisée et ajustée aux plus grands succès cinématographiques. Cette fois, la recette est adaptée à la sauce les Indestructibles avec les personnages colorés que l’on prend plaisir à faire évoluer dans les décors du film faits de briques Lego. Ainsi, on retrouve vite ses repères pour plonger dans le jeu et faire avec les spécificités de la famille Parr. Sans être au top des graphismes, le look visuel du jeu colle parfaitement à l’ambiance de la saga et à tout ce qu’il faut pour être estampillé « Lego ». Il n’y a rien de transcendant, le titre ne renouvelle pas la formule des jeux Lego, mais c’est parce qu’on retrouve tout de suite ses marques qu’on se laisse prendre au jeu. La recette est éprouvée, elle a fait ses preuves, et c’est pour ça que l’on se régale à chaque fois.
Note 3/5

LE GAMEPLAY
On l’a souvent répété, un jeu Lego s’apprécie mieux à plusieurs et c’est d’autant plus vrai pour ce titre que la famille Parr est au centre de cette nouvelle aventure. Lego Les Indestructibles joue à fond la carte de la coopération en faisant appel aux capacités des différents membres qu’il faut « combiner » pour résoudre les casse-têtes. Ne boudons pas notre plaisir, même si le jeu s’apprécie bien tout seul, il a un plus grand intérêt à se lancer dans l’aventure à plusieurs. Bien entendu, qui dit jouer à deux sur le même écran, dit « Split Screen » et les inconvénients que cela entraîne quand l’un des deux joueurs s’écarte un peu trop loin de l’action, mais, comme tous les « défauts » des jeux Lego, on a appris à s’y faire. Dans le même ordre d’idée, il n’est pas rare que les personnages se retrouvent bloqués ou meurent accidentellement par manque de précision, mais on en a tiré notre parti et désormais on fait avec ces désagréments qui sont devenus en quelque sorte une marque de fabrique des jeux Lego.
Note 4/5

L’AVIS GÉNÉRAL
Dans la famille Parr, il y a le papa super fort, maman élastique, la fille invisible, le fils super rapide et bébé multi pouvoirs, on les adore et on ne va pas cacher qu’on est accro à la saga cinématographique depuis la sortie du premier film. Avant même de se lancer dans le jeu, on savait déjà que l’on allait accrocher à la version Lego de leurs aventures. Sans grande surprise donc, on n’a pas été déçu et l’univers décalé et loufoque des jeux estampillés Lego colle parfaitement à la franchise Disney Pixar. Ce nouveau titre est un bon moyen de faire durer le plaisir du film tout en retrouvant la super héros family comme on ne l’a jamais vue.
Note 4/5


Pourquoi on aime le jeu : Parce que la formule Lego n’a plus rien à démontrer tant elle a fait ses preuves au fil des sorties des nombreux jeux qui sont sortis et qui ont revisité les grands classiques de la pop culture. Lego Les Indestructibles ne déroge pas à la règle et nous a séduits pour son mélange d’action, d’autodérision, de construction et de coopération. On ne se fait pas prier pour en reprendre une petite part… voire deux !

> Un jeu Warner sur PS4, Xone et PC, le 27 juin. Sur Switch le 4 juillet.
[Note de la rédac’ : 15/20]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire