samedi 27 août 2016

No Man’s Sky (Test)

Pars explorer l’univers et son nombre incommensurable de planètes dans ce jeu action aventure qui ne ressemble à aucun autre. On a testé No Man’s Sky, voici notre verdict…


Nous, quand il est question de jeux vidéo, nous aimons être surpris et nous sommes toujours partants pour découvrir des jeux atypiques. Nous sommes d’autant plus enthousiastes de nous plonger dans un univers quand on ne connaît pas grand-chose, voire rien du tout, le concernant. C’est vrai que le pari est risqué et que l’on peut être vite déçu, mais parfois nous tombons sur de véritables pépites qui s’ajoutent à notre liste (très limitée) de must have. C’est ainsi que l’on avait découvert Journey en 2012 qui reste, à ce jour, un ovni dans la galaxie vidéoludique et que l’on se plaît à recommander à tous ceux qui le ne connaissent pas. Mais désormais, il ne sera plus la seule pépite à faire battre nos petits cœurs de gamers, puisque No Man’s Sky nous a bien enthousiasmés.

Sans aller jusqu’à hisser No Man’s Sky au rang de Journey, nous avons été plus qu’emballés quand nous nous sommes retrouvés débarqués sur une planète inconnue en début de jeu. Dès les premières secondes d’exploration (en vue subjective), nous nous sommes pris au jeu sans se préoccuper de l’horloge qui tournait et que nous avions déjà passé trois bonnes heures à explorer cette terre inconnue. C’est vrai que le jeu est chronophage, mais quand on aime, on ne compte pas et n’est-ce pas le but d’un jeu vidéo que de nous faire entrer dans un univers afin de nous évader et ne penser à rien d’autre ?

Si le processus d’immersion fonctionne diablement bien dans No Man’s Sky c’est que les éléments graphiques sont époustouflants et que chaque planète créée aléatoirement a sa propre faune et sa propre flore que nous pourrons prendre le temps d’explorer ou, si nous ne sommes pas séduits, nous pourrons toujours aller voir ailleurs quel temps il fait. Le moins que l’on puisse dire c’est que nous avons le choix, car le voyage galactique que promet No Man’s Sky se fait dans un univers composé de quelque 18 446 744 073 709 551 616 planètes uniques. Les possibilités sont plus qu’infini pour rencontrer de nouvelles espèces, récolter de précieuses ressources qui seront nécessaires pour progresser dans le jeu, avec comme point de départ la planète sur laquelle nous avons atterri et comme point d’arriver (pour la quête principale) le centre de l’univers et le mystère qu’il cache.

Pour atteindre ce but, il faudra apprendre à explorer, combattre, miner les ressources, crafter et commercer : ce sont les activités à faire pour se faire une place dans cette galaxie.

À chaque fois que nous foulons un territoire nouveau, nous nous appliquons à jouer les explorateurs. Il est aussi important de récolter que de découvrir les différents points d’intérêt qui permettent de mettre la main sur de nouvelles technologies et d’apprendre de nouveaux mots aliens afin de maîtriser les différents dialectes de la galaxie. Pris par une frénésie qui nous pousse à toujours vouloir plus, nous ne cessons pas de vouloir améliorer son équipement et nous voulons toujours un vaisseau meilleur. C’est cette course en avant, qui ne s’arrête jamais, qui rend le jeu addictif : L’univers semble sans limite et n’a pas fini de nous surprendre !

  
Pourquoi on aime le jeu : Parce que les univers créés sont parfois époustouflants et qu’ils nous en mettent plein les yeux, pour la musique qui contribue à donner vie à l’atmosphère du jeu. Nous avons toujours voulu partir explorer le monde, No Man’s Sky offre mieux que ça : s’accaparer l’univers et les mystères qu’il renferme.

> Un jeu Sony sur PS4, le 12 août

Aucun commentaire:

Publier un commentaire