mercredi 17 avril 2019

Devil May Cry 5 (test)


C’est avec impatience que l’on s’est plongé dans le nouvel opus de la saga. On a testé Devil May Cry 5 ?, voici le verdict...


L’HISTOIRE
Pour ce cinquième opus de Devil May Cry on a le droit à la crème des chasseurs de démons puisque ce sont trois héros qui unissent leurs forces pour combattre le mal. On retrouve Dante, le héros originel, accompagné de Nero, la tête brûlée, et l’on découvre V, le dernier venu, qui a la particularité de faire appel à Griffon et Shadow, deux démons, pour fighter. Ensemble, et épaulés par Nico (la mécanicienne qui bricole tout et n’importe quoi pour leur donner un arsenal digne de ce nom), ils vont contrer une invasion de monstres dans la ville de Red Grave, ainsi que l’apparition d’un étrange « arbre démoniaque ».
Note 5/5

L’IMAGE ET LE SON
Pas une seconde à perdre, on plonge tout de suite dans l’univers de DMC 5 qui s’avère beau. Le style visuel de la ville est soigné et offre un bel écrin aux aventures de nos trois larrons. L’intérieur des bâtiments est sommairement détaillé, mais après tout, on n’est pas là pour faire du home staging, on est là pour trancher dans le vif et pulvériser les bestioles qui nous barrent le chemin. De ce côté, on est servi puisque le bestiaire est diversifié et tenace, ce qui demande à que l’on enchaîne les combos. Le tout est boosté par une bande son tonitruante qui confère son cachet au jeu. La musique a toujours joué un rôle prépondérant dans la saga Devil May Cry et une fois encore on n’est pas déçu par une playlist qui déchire tout sur son passage : elle accompagne parfaitement les combats.
Note 4/5

LE GAMEPLAY
Le délai entre deux jeux d’une saga est toujours trop long et les fans s’impatientent à chaque fois de voir arriver un nouveau titre. Afin de les combler et pour ne pas plus les froisser, le gameplay de ce nouvel opus repose sur les bases qui ont fait le succès du titre. Pour autant, on n’aime jamais quand un titre s’endort sur ses lauriers et l’on apprécie les nouveautés qui permettent de retrouver ses marques tout en savourant de nouveaux éléments. Pour Devil May Cry 5 ce n’est pas un mais trois héros que l’on va prendre en main à tour de rôle. Ce qu’il y a de bien c’est que chacun a son propre style ce qui permet de varier les plaisirs et apporte de la diversité au titre. Ainsi Nero se bat avec ses Devil Breakers, des bras bioniques qui permettent d’adapter sa façon de combattre en fonction des ennemis. V, préfère murmurer à l’oreille de ses animaux démoniaques. Ainsi il se tient à distance puisque ce sont ses invocations qui font tout le travail. Au fil de l’aventure on peut acheter de nombreuses améliorations pour tenir tête aux démons et améliorer son style de combat. Quant à Dante, il est fidèle à lui-même et s’avère redoutablement efficace, surtout quand on le prend bien en main.
Là où Capcom est très fort, c’est qu’il permet de choisir sa difficulté de façon à ce que même les novices se lancent dans la bataille sans avoir peur du ridicule puisque le système d’« Auto-assist » permet la réalisation de combos complexes. Pour ceux qui aiment relever des défis (presque) insurmontables, ils pourront décocher l’option et tout faire par eux-mêmes et ainsi collectionner les bonnes notes. En parlant de défis à relever, la MAJ « Palais Sanglant » te permet de te frotter à des vagues d'ennemis et de boss particulièrement agressifs jusqu'à la fin du challenge : seuls les plus téméraires y arriveront.
C’est en misant sur les basiques, mais en faisant évoluer le gameplay, que le jeu s’est renouvelé et nous procure toujours autant de plaisir.
Note 5/5

L’AVIS GÉNÉRAL
Ce nouvel opus n’est pas celui de trop, au contraire, on ne peut que féliciter Capcom de l’avoir sorti tant on a accroché à l’idée des trois héros pour compléter la quête. La diversité de gameplay qu’ils apportent est un véritable atout et suscite un intérêt constant. Pas une seconde, du début à la fin, on s’est ennuyé, il y avait une sorte de petit challenge à maîtriser le plus rapidement possible le gameplay de chaque perso afin de décrocher la meilleure note à chaque combat.
Note 4/5


Pourquoi on aime le jeu : Parce que l’on incarne trois personnages à la personnalité et au style de combat différents ce qui amène une diversité non négligeable : ce qui a pour but de pimenter le gameplay. On ne s’ennuie pas, loin de là et chaque niveau supérieur est une nouvelle exploration dans laquelle on se lance sans hésitation.

> Un jeu Capcom sur PS4, Xone et PC, le 8 mars.
[Note de la rédac’ : 18/20]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire